17/18 - Fusion hand breton

> > > Vers une fusion entre ligue et comités

Vers une fusion entre ligue et comités

Sylvie Le Vigouroux, présidente du handball breton depuis février 2017, planche avec ses équipes sur une fusion à l’horizon 2020 des quatre comités départementaux et de la ligue. Pour mieux répondre, entre autres, aux demandes des clubs.

« Le projet est de fusionner les quatre comités et la ligue afin qu’il n’y ait plus qu’un seul interlocuteur pour les 164 clubs. » Fidèle à son programme, Sylvie Le Vigouroux a mis en route un gros chantier : « Nous estimions que la ligue compliquait souvent la vie des clubs qui avaient trop d’interlocuteurs. L’idée était donc de leur simplifier la vie ». Et d’apaiser de nombreuses tensions apparues récemment, sur les obligations en arbitrage, par exemple… Les premières rencontres de diagnostics et de consultations ont eu lieu en avril-mai 2017, puis en décembre. Et ce fut un succès avec 110 clubs participants.

De cinq à une association

Ce projet, mis en place avec l’aval des comités et qui demandera pas mal de pédagogie, a amené la création d’un poste de directeur général. Lionel Gravé sera ainsi chargé de sa mise en oeuvre. « À l’horizon 2019, nous espérons avoir bien avancé pour une avalisation définitive en 2020, en fin de mandature », précise celui qui, basé à Rennes dès septembre, se déplacera selon les besoins sur le « territoire », nouvelle notion géographique du hand breton. « On passera de cinq associations à une seule. C’est devenu une nécessité pour également mieux gérer les subventions publiques annoncées à la baisse et passer de cinq budgets à fonctionnement classique à un budget unique plus motivant, basé sur des projets mutualisés (*). » Et bousculer pas mal de codes dans une ligue qui vise les 30.000 licenciés en 2020…. Premier signal fort de cette mue : le 16 juin 2018, à Guidel (56), les assemblées de comité et de ligue se dérouleront sur le même site. « Les clubs ne viendront qu’une fois. Statutairement, cette année, cinq assemblées seront obligatoires. Mais, à l’horizon 2019, une seule AG du territoire breton est prévue, avec élection d’une liste unique appelée à gérer le hand régional », ajoute Sylvie Le Vigouroux.

Trois axes

On passera alors d’environ 100 administrateurs à 25-30. Avec un représentant par département et, dans des secteurs de proximité, des animateurs s’appuyant sur des clubs référents (entre 10 et 13) et les pros, bien sûr. « Le travail se fera autour de trois axes : veiller à la santé des clubs du secteur, faire remonter les problèmes et développer des projets communs, d’emploi(s) par exemple », précise Lionel Gravé. Garant de son sérieux, ce projet novateur en France a reçu, vendredi 24 février, l’aval de la Fédération avec la signature, à Rennes, d’un « Pacte de développement » fondateur. Le projet ambitieux, façon TGV, du hand breton est donc bien lancé. Et lui est appelé à rayonner sur toute la Bretagne…

(*) Le budget actuel de la ligue est de 3 M€, avec 30 salariés.

© Article du 01/03/2018 - Le Télégramme