vignette générique

> > > > Finalités du Championnat de France -18 F élite à Plabennec

Finalités du Championnat de France -18 F élite à Plabennec

- Les finalités 2011 se déroulaient ce week-end à Plabennec, près de Brest, et réunissaient les équipes de l’Aviron Bayonnais Handball, St Germain Blavozy Handball, Handball Cercle Nîmes et le Stade Plabennecois HB.

- Lors des demi-finales, les basques prenaient l’avantage assez nettement sur les joueuses de St Germain Blavozy, 29 à 20. L’issue de la 2e rencontre était beaucoup plus indécise puisque les bretonnes ne s’inclinaient qu’en fin de rencontre échouant à un petit but d’une finale dans leur propre salle, après avoir mené les débats durant les ¾ de la partie (score final : 29 à 30).

La déception de Plabennec

- On retrouve donc les finistériennes le lendemain en petite finale face à St Germain Blavozy. Elles prennent un avantage de 4 buts en 1ère période mais les débats sont rugueux entre les 2 collectifs, le match est haché et ponctué de nombreuses fautes qui empêchent les joueuses de Pascal Cabon et Jean-Michel Richoux de vraiment développer leur jeu.

- En début de 2e mi-temps, Mégane Chapuy, la gardienne de St Germain, sort le grand jeu avec pas moins de 5 arrêts en à peine 10’ ; elle permet à son équipe de recoller au score.

- Plabennec commence manifestement à payer les efforts produits la veille face à Nîmes et le côté gauche, si brillant en 1ère mi-temps, s’éteint progressivement. Le temps-mort posé par le technicien finistérien n’y changera rien, ni même les nombreux arrêts de Léna Leborgne la gardienne locale.

- St Germain, emmené par une Fanny Royer de gala (5 buts en 2e période) va prendre les devants pour prendre 4 unités d’avance à la 42e ‘ et gérer la fin de la rencontre pour l’emporter sur le score de 31 à 27.

A Bayonne, ça chante

- Pour la grande finale, on retrouve les 2 équipes du Sud de la France, sous les yeux de Nicky Houba, gardienne d’Arvor 29 et ex-nîmoise.

- C’est tout d’abord un Mano à Mano terrible en première mi-temps avec un écart qui ne va jamais compter plus de 2 unités entre les 2 formations et c’est Nîmes qui vire en tête à la pause (13 à 12).

- Il y a une ambiance de feu dans la petite salle de Plabennec et les supporters bayonnais qui ont fait le déplacement montrent que l’on sait chanter en pays basque.

- A la 33e, les 2 équipes sont dos à dos grâce à un but de l’excellente joueuse de Bayonne Laura Munos.

- C’est le moment que choisissent les nîmoises pour mettre un 5 zéro à leurs adversaires. Les bayonnaises sont fébriles et Mickaël Moreno, le coach basque, est obligé de poser un temps mort pour stopper l’hémorragie, son équipe est menée 18 à 13.

- Temps mort pour le moins salvateur puisque c’est au tour des bayonnaises de passer un 6 zéro aux Nîmoises (2 buts de Maïtena CARRICART et 3 d’Idraine OLIVIER), encouragées par les « ils ont des chapeaux ronds, vive la Bretagne… » de la chorale basque… On est à 19 – 19 et il reste 10’ à jouer !

- Les équipes se rendent coup pour coup, Nîmes peut compter sur le bras de Victoire Nicolas alors que Bayonne finit souvent à l’aile droite par l’inévitable Laura Munos qui a retrouvé toute son efficacité.

- Il n’est pas possible de départager ces demoiselles et un dernier but d’Idraine Olivier pour Bayonne à 40’’ de la fin envoie les 2 équipes pour 2 x 5’ de prolongations.

- A l’Aviron Bayonnais le coup d’envoi de ces prolongations et le moins qu’on puisse dire c’est que ces demoiselles ne vont pas traîner pour tuer le suspens : 2 buts de Carricart et 3 d’Olivier qui fait parler sa puissance (11 buts au total) et la messe est dite ; Nîmes ne pourra revenir au score d’autant que Samia Khalid a décidé de verrouiller les cages basques.

- Score final 32 – 29 en faveur de l’Aviron Bayonnais Handball qui peut entamer une folle sarabande entrainant dans sa danse supporters et adversaires du week-end. La chorale basque quant à elle assure l’ambiance jusqu’à la remise des récompenses assurée par Jean-Yves Caer, président du Comité du Finistère, et les élus de la ville de Plabennec.

Article réalisé par Philippe MERER - Photos réalisées par Patricia MERER